Le cheval Camargue : rencontre avec Marie Arnaudet

Vendredi 10 juillet :

  • 20h30-21h : Rencontre avec Marie Arnaudet dans la salle du Relais Culturel
  • 22h00 : Projection du film sur le mur de l’Eglise

Le cheval Camargue, documentaire de Marie Arnaudet

Un cheval pour un territoire

Que serait l’image de la Camargue sans son cheval ?
Dans l’imaginaire collectif, nourri par le mythe de Crin Blanc, les paysages camarguais, connus du monde entier, sont indissolublement liés aux chevaux et aux taureaux qui les peuplent. Les cavales blanches que l’on voient galoper dans les étangs, sont pour les visiteurs symboles de grands espaces et de liberté, associés à la Camargue. Entre mythe et réalité, il y a un cheval avec son histoire, ses modes d’élevage et ses usages bien spécifiques, en un mot : un cheval et sa culture. Elle est sans doute différente des clichés folkloriques, mais elle est riche et originale. C’est ce que va tenter de décrire ce documentaire, avec l’intention d’être le plus exhaustif possible.

Un peu d’histoire
Le documentaire s’appliquera à aborder l’origine de ce petit cheval, qui d’après certains, serait déjà représenté dans les dessins des premiers hommes. Il tentera également de cerner les influences des apports de sang qui l’ont façonné au hasard des rencontres avec d’autres races, avant que le type du cheval Camargue ne soit clairement défini par la création du stud book en 1978.

Un cheval façonné par son terroir
Malgré les croisements, le modèle du cheval Camargue s’est fixé, et c’est au territoire qu’il le doit. Le cheval y vit en semi liberté, dans des conditions climatiques parfois rudes, aggravées par la présence des insectes, et à la recherche d’une nourriture relativement pauvre. Un environnement qui va forger une rusticité à toute épreuve…
Des éleveurs témoigneront des conditions d’élevage du cheval et des résultats escomptés.

[Not a valid template]

Les saillies et les naissances
Accouplements et naissances se déroulent en liberté, sans intervention de l’homme. Etalons et juments vivent en troupeaux et n’ont rien perdu de leurs réflexes originels. Ce choix d’élevage suppose une organisation particulière et des qualités spécifiques pour les géniteurs. Le film permet d’assister au lâcher d’un étalon sur un troupeau de juments, et des éleveurs préciseront leurs critères de sélection..

Le marquage
Les éleveurs camarguais ont toujours marqué leurs chevaux, notamment pour les distinguer lors des mélanges involontaires de troupeaux. L’opération se pratique rituellement au moment du sevrage. Depuis quelques années, avec l’aide des agents des haras nationaux, c’est également l’occasion d’une reconnaissance officielle des poulains nécessaire à leur inscription au livre généalogique de la race. Le film rend compte de cette cérémonie, jour de fête dans la plupart des manades.

Le débourrage
Le poulain sevré va passer trois ans, libre, avec ses congénères. Puis viendra le temps de la soumission à l’homme. Si autrefois le changement pouvait être brutal pour lui, désormais les méthodes de débourrage privilégient la progressivité et la mise en confiance.

[Not a valid template]

Le travail dans le bétail
Le tri du bétail requière des qualités bien particulières de la part d’une monture : soumission, courage, calme… mais aussi souplesse, anticipation, goût du jeu. Des qualités naturelles chez le cheval Camargue, que les éleveurs entendent maintenir par un contact constant avec le bétail. Des épreuves sportives sont venues codifier la pratique pastorale d’autrefois afin de valoriser les aptitudes des chevaux Camargue.

Le Camargue : un cheval pluridisciplinaire
S’il excelle dans le maniement du bétail, le cheval Camargue n’en est pas moins apte à d’autres usages équestres : loisir, attelage, horse ball, et
même obstacle et dressage dans les centres équestres où sa rusticité est particulièrement appréciée.
De plus en plus fréquemment, il a sa place dans le spectacle équestre : il tient le premier rôle dans des numéros où la Camargue est sublimée : carrousels, écuyères en amazone, voltige… Dans ces mises en scène, les tableaux se veulent des hymnes à la beauté de la Camargue et le cheval y devient un symbole esthétique.

[Not a valid template]

Si l’image du territoire est marquée par le cheval Camargue, le Camargue est lui même marqué par son territoire.

Intervenants : Gorges Vlassis, Maison du Cheval Camargue ; Denis Ceccarini, éleveur ; Jean-Pierre Clauzel, éleveur ; Bernard Roche, éleveur ; Jacques Mailhan, éleveur ; Marc Jalabert, éleveur ; Philippe Michel, éleveur ; Michèle Bouscabeille, agent des haras ;  Renaud Vinuesa, éleveur ; Maurice Galle, organisateur de spectacles ; Christophe Berti , sellier.

MA conclusion

1 commentaire

  1. […] ». Rencontre avec Bernard Sachsé, auteur de Sur mes quatre jambes ; Présentation du film Le cheval camargue – Un cheval pour un territoire. Rencontre avec Marie […]

Laissez un commentaire