Bus Stop

Dimanche 12 juillet à 17h00 – Salle du Relais Culturel

Rencontre avec Hervé Portanguen autour de son court-métrage : « Bus stop »

Une rue d’Almaty (Kazakhstan) Un jeune homme attend le bus lorsqu’il voit une jeune fille arriver à l’arrêt de bus en face du sien. Ils se regardent. Sourires, coups d’œil, intérêt réciproque… Va-t-il traverser la rue pour la rejoindre? Sera-t-il assez courageux ?

Avec le court-métrage « Bus Stop », petite histoire légère, il s’agit d’évoquer, l’inéluctable disparition de traditions diluées dans la modernisation et mondialisation de la société.

Les « jeunes d’aujourd’hui », que ce soit en Amérique, en Europe ou en Asie, partagent une même culture de la consommation, les même références culturelles et codes des apparences.

Ignoré des jeunes générations et encore plus dans les grandes centres urbains, les premiers touchés, les valeurs portées par ces traditions disparaissent elles aussi, génération après génération. Le progrès technologique qui laisse croire que la vie est meilleure de nos jours ne saurait y suppléer.

Ce petit clin d’œil cinématographique expose cela de manière amusante. Il est un hommage aux valeurs anciennes, aux traditions fondatrices d’une culture, dont la transmission servait aussi à former les hommes, à leur inculquer des valeurs.

[Not a valid template]

Hervé Portanguen un est réalisateur français de documentaires et un cameraman. Il vit au Kazakhstan depuis 4 ans. Il a été marié à une Kazakhe et a vécu durant 10 ans à Paris avec leurs deux enfants avant qu’ils décident d’aller vivre au Kazakhstan en 2010. Hervé avait découvert, comme reporter, le Kazakhstan à l’indépendance du pays à la chute du bloc soviétique fin 1991/1992. Il est maintenant résident kazakh et prépare des projets de films au Kazakhstan. Depuis 4 ans il participe aux tournages de fictions des réalisateurs kazakhs Darezhan Omirbaev et Nariman Turibaev à Kazakh Films Studio. Hervé réalise aussi des films sur la danse contemporaine et de société et aussi comme caméraman pour des documentaires de société et historiques (Europe, Algérie) pour les chaînes de télévision européennes.

Kyz Kyy (prononcer kiz kouhou)

Kyz Kyy est une course hippique du Kirghistan et du Kazakhstan. Kyz Kyy signifie « attraper la femme ». Cette course codifiée entre un cavalier et une cavalière se pratiquait par paires lors des mariages chez les nomades. Elle servait à démontrer la bravoure des prétendants d’une jeune femme en âge de se marier. Aujourd’hui c’est une compétition sportive où s’affrontent les meilleurs cavalières et cavaliers lors des différentes épreuves régionales et nationales.

[Not a valid template]

Déroulement du jeu

La course s’effectue sur une distance de 400 m. L’homme attend sur une ligne de départ que la femme le dépasse au galop. Lorsque la jeune femme passe le jeune homme, il peut lancer à son tour son cheval au galop. Si le jeune homme est capable de rattraper la femme avant d’atteindre la ligne d’arrivée, il remporte la course et peut lui voler un baiser. Dans le cas contraire, la femme fait faire demi-tour à sa monture et poursuit l’homme jusqu’à la ligne de départ. Elle remporte la course, si elle arrive à utiliser son fouet pour le battre.

1 Comment

  1. […] des Tchopendozs. Rencontre avec Pierre Meynadier ; Comme des bêtes. Rencontre avec Judith Sibony ; Bus Stop au Kazakhstan. Rencontre avec Hervé Portaguen ; Un réalisateur toujours à cheval. Rencontre avec Mathieu […]

Laissez un commentaire