Dressage artistique

Projection / rencontre avec Jenny et Rémy Largillière, Créateurs du dressage artistique et fondateurs de la Fédération de Dressage Artistique : « La Musique des yeux« .
Le dressage lorsqu’il est très bien fait, flatte la vue. La musique lorsqu’elle est belle, flatte l’ouïe.
Comme la danse, le dressage artistique veut que ses pratiquants, nouveaux danseurs équestres, fassent passer une émotion aussi intense que celles d’un danseur ou d’un patineur sur glace. Dans cet esprit, les tenues, les mouvements, les chorégraphies s’inspirent de ces deux disciplines. La recherche de nouvelles techniques, la combinaison de plusieurs équitations (Doma vaquera, western, française, etc.) ont permis de rajouter des figures complémentaires aux figures de base de l’équitation classique. Munies d’une palette de figures améliorée, les possibilités, commencent à se dessiner et un jour tout devient possible. Le cheval devient alors une partie du danseur, et le danseur, une partie du cheval.
[Not a valid template]
Tout alors change : la manière de dresser, la manière même de voir le cheval. Ce nouveau couple, devient ou doit devenir : un centaure danseur. Ce centaure danseur ne peut plus se contenter de techniques ordinaires, il doit explorer toutes les possibilités qui s’offrent à lui et ajouter une touche personnelle, un style qui n’appartiendra qu’à lui. A chaque musique, il devra improviser et non construire une reprise lettre à lettre : l’espace plat d’une carrière, devient un espace en trois dimensions, la musique devient le seul repère et le seul support du couple. Seul un cavalier respectueux, souple, attentif, possédé par la musique, pourra se servir de son cheval comme d’un instrument de danse. Seul un couple en accord parfait, pourra suivre le tempo d’une musique bien choisie, imaginer pas à pas sa danse, donner son style et dégager ainsi une grande émotion, cette émotion qui est : La musique des yeux.

Laissez un commentaire