Le regard des gagnantes Equidia, en week-end VIP sur le Festival

Cette année encore, notre partenaire Equidia a mis en jeu un week-end « VIP » sur le Festival. Sophie et Valérie, deux cavalières lyonnaises dynamiques et sympathiques, furent les heureuses gagnantes. De retour à Lyon, elles nous livrent un chaleureux témoignage en souvenir de leur (trop bref) passage aux Saintes-Maries-de-la-Mer.

Emotions équestres

Ce week-end fut riche en rencontres humaines et culturelles. Dès notre arrivée nous avons fait la connaissance de Clémence de Villecourt, elle nous a permis de nous immerger rapidement dans le Festival des Chevaux du Sud. Nous avons découvert son projet de lutte contre le décrochage scolaire au sein duquel le cheval a une place importante car il est capable de fédérer les enfants autour d’une cause commune. Clémence a réalisé plusieurs parcours en France dans sa roulotte au rythme du pas de son cheval, à savoir 4 km/h. Ce duo de choc a mis notamment à l’honneur le rôle du cheval comme «messager » de guerre, puisqu’il permettait d’apporter aux combattants le courrier de leurs proches, et parlé de son évolution vers l’avion. Rien à dire, nous avons été reçues comme de vraies « VIP », nous mangions à la table des invités et des bénévoles du Festival. Nous avons eu la chance de croiser de grands noms de la culture équestre : Didier Parmentier pour les documentaires, Thierry Ségard pour la photographie ou encore Gilbert de Keyser et Rosine Lagier pour la littérature. La chevauchée littéraire, nous a fait découvrir la Camargue et les Saintes Maries de la mer sous un autre jour. Quelle belle initiative que d’allier une balade à cheval et une rencontre littéraire à l’ombre d’une pinède camarguaise, nous buvions les paroles de Marie Arnaudet qui nous a révélé des secrets gardés sur l’histoire de sa région. La lecture d’un extrait de Jean Giono sur la Camargue, lu par notre guide du jour Matthieu, pour clôturer cette activité a permis au groupe de toucher du doigt tout ce qui peut se cacher derrière le mot Camargue. Sans oublier le spectacle du samedi soir dans les arènes des Saintes, où Clémence Faivre nous ensorcela par la magie de son show de dressage, dansant en parfaite symbiose avec ses chevaux ou devrait-on dire ses partenaires. Lorenzo, fils du pays, nous tenait en haleine avec ses chevaux en liberté. Il dirigeait jusqu’à 12 chevaux à la fois sans aucune difficulté, en étant simplement debout sur le dos de l’un d’entre eux, figure qui n’est pas sans rappeler celle d’un dieu grec. Nous aurions aimé participer aux autres activités du festival comme les ateliers photos ou les projections de documentaires mais nous ne pouvions être partout à la fois : il aurait fallu rester les six jours du Festival. Avec tout ça nous n’avons même pas eu le temps de piquer une tête dans la mer mais ce n’est que partie remise pour l’année prochaine !

Merci à toute l’équipe du Festival des Chevaux du Sud pour leur accueil, les moments partagés et leur disponibilité. Spéciales dédicaces à Chantal pour sa gentillesse et sa façon si simple de résoudre tous les imprévus, à Corinne pour son accueil et son organisation, à Anne-Sylvie et Matthieu pour nous avoir fait vivre de merveilleux moments de culture équestre et nous avoir permis de découvrir la Camargue sous un angle plus confidentiel. Sans oublier Didier, notre guide pendant notre week-end.

A tout ceux avec qui l’échange humain a été passionnant et spontané : Clémence de Villecourt, Thierry Ségard, Jérémy Durand, Gilbert de Keyser, Hervé Portangue…

Merci à Julien Michaud d’Equidia pour nous avoir offert et organisé ce petit bijou de week-end VIP au festival des chevaux du Sud. Je n’ai qu’une dernière question : « Pouvez-vous tirer au sort notre nom de nouveau l’année prochaine ? »

Valérie Richard & Sophie Peyrical

Laissez un commentaire